jeudi 14 juin 2018

W (Two Words)






Réalisateur : Jeong Dae Yun
Genres : Comédie / Romance/ Fantastique
Nombres d’épisodes : 16 (de 60 minutes.)
Diffusé en : 2016





Je résume :



Oh Seong Mu est un auteur de BD pas très connu jusqu’à sa dernière œuvre : W. C’est l’histoire d’un jeune tireur d’élite, Kang Cheol qui voit toute sa famille mourir la même nuit, quelqu’un les à assassinés. Seulement, il se retrouve vite le seul suspect de cette affaire, en plus du deuil, il va devoir supporter un procès.

Un Webtoon qui fait fureur ces dernières années, cependant quelques choses cloches : L’univers créé par Mr Oh devient de plus en plus bizarre et va même jusqu’à lui faire peur. Celui-ci finira par disparaître étrangement, poussant sa fille, Oh Yeon Ju, à le chercher et, sur un malentendu, se faire kidnapper par le héro de la bande dessiné : Elle se retrouve dans une autre dimension, à l’intérieur même de W, l’œuvre de son père qu’elle à suivie en tant que fan, comment va t-elle réussir à en ressortir ?











Analyse & Opinion :



Ce Drama est un vrai challenge, autant au niveau du Staff que des spectateurs. Ils nous chamboules complètement, un vrai coup de cœur pour moi avec une note de dix-neuf.




Acteurs :




Principaux :


-HanHyo Ju : Jouant le rôle de Oh Yeon Ju. Elle à jouée des rôles principaux également dans les drama tel que : Shining Inheritance & Dong Yi


-LeeJong Suk : Qui à joué le rôle de Kang Cheol, acteur mais aussi mannequin et chanteur pour quelques OST. (Et, également mon acteur préféré, mais ça, on le savait déjà … ) Encore une fois, il se retrouve dans une histoire de vengeance familial et au centre des médias (voir Pinoccio), c’est dans des rôles rudes comme ceux-là qu’on comprend que c’est un très très bon acteur.





Secondaires :



-LeeTae Hwan : Qui à joué le rôle de Seo Do Yun (l’ami garde du corps de Chul) Il est ainsi mannequin mais aussi chanteur dans le groupe de Kpop 5uprise (dont il est le Manake).


-LeeSi Eon : Jouant quant à lui le personnage de Park Su Bong (l’assistant dessinateur) qui m’a fait mais, tellement rire !






Staff :



-JeonDae Yun est le réalisateur de W. Il est aussi le réalisateur des drama bien connu tel que : I’m Not a Robot ; The King to Heart & She was Pretty.






Personnages :



-Kang Cheol, est notre personnage principal de la BD et de notre drama (pourtant, je doute qu’il soit payé double Mdr). C’est un rôle vraiment complexe, puisqu’il comprend sa vie au fur et à mesure de la saga, une réalité qu’il prend de plein fouet à plusieurs reprise d’ailleurs. Un rôle éprouvant puisqu’il à plusieurs facette de sa personnalité à mettre en avant à tel ou tel moment de l’histoire. Tout repose sur lui, l’intrigue, la réussite, le dénouement, la romance… Un personnage multitâches ce qui est très rare dans ce drama.

-Yeon Ju est un personnage qui évolue beaucoup : Premier épisode, elle le dit elle même : Elle est médecin, mais n’a aucune « capacité ». Une jeune femme qui au début est assez timide, se rabaisse, n’ose pas grand chose de peur d’être ridicule... Mais, qui comprend très vite qu’elle va devoir ce dépasser si elle veut s’en sortir (et sauver la vie de ses proches). En effet, on peut voir qu’au début de W elle n’ose même pas tenir tête à son père mais c’est finalement elle qui prend les choses en mains dans les épisodes suivants. Un changement conséquent donc, en très peut de temps, même si son personnage n’est créé que pour la romance et qu’elle n’a donc pas d’autre intérêt à être présente. Le publique (féminin) peut aisément ce mettre à la place de personnage, qui sait s’adapter et mettre ses peurs de côté : Elle est attachante.


-Les méchants, par contre là je dis non. Ils m’ont tous soûlés : Quand c’était pas l’un, c’était l’autre. Quand l’histoire suivait tranquillement son rythme, je me demandais lequel allait ce la ramener… C’était agacent honnêtement, je voulais que ça se termine et tous les tuer jusqu’au dernier Hahaha ! Le fait est que je n’ai pas trouvée leurs présences logiques ou du moins très recherchées.


-Les personnages secondaires joues également très bien mais, ne sont utilisé que pour une seule et unique tâche, ce que je trouve un peu dommage. Je m’explique : Su Bong, l’assistant du dessinateur n’est présent que pour donner une touche de légèreté au drama : L’humour. Il est très rare de le trouver dans des scènes sérieuses d’actions. Chacun à un rôle bien précis à remplir : L’action, l’humour, la jalousie, la folie… Des personnages donc pas développés à leurs maximums et surtout sous-exploités.

-J’aurais tellement aimé une romance bonus avec Seo Do Yun, notre carde du corps et l’assistante de Chul : Yun So Hee. Ils auraient étaient super beau ensemble, je trouve !














Histoire & Thèmes :



-Je vous préviens tout de suite, votre cerveau va littéralement être retourné tellement l’histoire et l’intrigue sont compliquées. Si vous ne suivez pas vraiment les épisodes, vous allez très vite vous sentir perdu.

-Le thème principal est bien évidement le fantastique : On plonge dans un vas et viens de deux mondes différents et c’est sans répits. Il faut donc faire la part des choses, situer dans quel monde ce trouvent les personnages, ce qui n’est pas toujours simple. Cependant, comme c’est un sujet qui soulève beaucoup de questions, le scénario répond instantanément à celles-ci sans qu’on en attende les réponses.

-Deuxième thème fort, le trhiller, car W n’est pas juste une comédie romantique et dramatique : Le côté BD tire lui, beaucoup plus dans l’enquête policière et l’action. C’est ce qu’il y a de bien dans ce drama : Deux côtés qui finalement, s’équilibre parfaitement entre le côté un peu « fleure bleue » du monde réel dans lequel vit notre personnage féminin et le monde créé de toute pièce du personnage masculin rempli d’actions et de courses-poursuites en tous genres.

-La romance, à la limite du forcée et en même temps impossible. Un mélange surprenant qui fait naître des scènes soit très surprenantes, soit carrément mignonnes. En effet, Yeon Ju est contrainte de faire preuve d’audace pour ce sortir régulièrement de situations délicates ou de faux pas. Alors que Chul est soupçonneux mais aussi très naturel dans ses démarches.


-La comédie est omniprésente afin d’alléger ce drama lourd d’informations. Des situations souvent inattendus et ridicule, véhiculé par la gêne.


-L’univers du manga (manhwa ici) souvent très dure et que les lecteurs ne s’imagine pas lorsqu’ils tiennent une œuvre entre leurs mains. Même si ce thème ci est quelques peut arrangé pour l’intrigue, on peut avoir un avant goût de ce qu’est la vie de mangaka, ce que je trouve très intéressant comme sujet de fond.

-Bien sur, d’autres sujets sont présents : La famille, la vengeance, les médias, la politique ect. Ce drama ne manque pas de thèmes intéressants.






Intrigue :



-Une grosse différence entre les épisodes du début de la saga et ceux de la fin . Je m’explique : on commence avec des épisodes très portés sur la comédie, l’intrigue ne c’est pas encore totalement installée, le réalisateur en profite donc pour mettre en avant l’humour du drama. Puis, une fois que l’intrigue est bien expliquée, qu’elle à bien démarrée, W deviens plus sombre, on s’éloigne de la comédie pour ce dirigé dans un mélodrame, presque un thriller même. Une atmosphère plus tendue, plus sérieuse et il faut le dire, un peu plus pesante. Cependant, l’humour est tout de même présent à chaque épisode, afin de couper un peu le sérieux de l’intrigue.

-Le suspens est également présent du début à la fin : On ne peut rien prévoir (ou très peu) de ce qui va arriver aux personnages ou à l’histoire.

-Les règles concernant ce monde parallèle à la réalité : la BD, ce sont installées petit à petit puisque les personnages les découvrent en même temps que nous, il n’empêche que l’on finit par ne plus s’y retrouver. Surtout quand Chul comprend ces-dites règles, c’est devenue presque immédiatement le gros bordel. Lui il comprenait, moi plus Mdr. J’avais l’impression que des choses qui étaient impossibles avant, son tout à fait normal à la fin de la saga.






The End :



-Très clairement, ça fait longtemps qu’on à plus de souffle. On sait même plus si on respire avec un tuba ou une ventoline… Arrivé aux trois derniers épisodes, nos paupières ne clignes même plus, nos nerfs craques et on ne supporte plus du tout que le staff ce foutent de nous comme ça avec leur suspens qu’on à pourtant tellement aimé : On veut savoir !!

-Si vous êtes une âme sensible, préparez votre petite boîte de mouchoir…(Ouais, juste à côté des barres chocolats, on sait jamais!) Comme je le répète depuis le début : Ce sont de très bon acteurs de plus, les contextes de certaines situations sont insoutenables (ne vous imaginez surtout pas à la place des personnages à ce moment là, au risque de fondre en larmes durant un bon moment…), la fin est faite pour torturer le spectateur très clairement.










Musiques :




De jolies OST, pratiquement toutes des K-ballades : (ma favorite est l’avant dernière : Draw a Love;) )



Jung Joon Young : Where are u   INKII : In the Illusion



KCM : Remember ♪Jo Hyun Ah : Falling


Jeon Wu Seong [Noel] - My Heart    ♪ Ahn Hyun Jung - You and Me

Navi - Draw a Love   ♪ Yeo Eun [Melody Day] ft N [VIXX]- Without You 









Les points faible de W : 


-Peut-être trop de rebondissements vers la fin, je ne savais plus ou donner de la tête, je voulais savoir comment ça allait se terminer !
-Les « méchants », je n’ai pas adhéré à leurs personnages.





Les points fort de W :


-L’originalité de l’intrigue
-Le suspens implanté dans chaque épisode.
-Les jeux d’acteurs super réaliste, ont est tout de suite prit dedans.
-Beaucoup de sujets abordés intéressants (le travail de mangaka, les médias, la justice…)
-Pas un seul instant pour souffler, on est loin de s’ennuyer avec ce drama (c’est limite si on prendrait pas des notes sur un calepin plutôt.)
-Une intrigue vraiment très compliquée mais, la plupart du temps tout ce connecte et les événements sont dans l’ensemble assez logiques : C’est un très gros challenge, je sais pas si tous les fans en prennent consciences.
-Les dessins totalement magnifiques… !










mardi 12 juin 2018

Flower of Evil










Auteure : Hyeong-Sook Lee
Genres : Shôjo / Manhwa/Inceste
1 ère parution (FR): 2007-2008 (Traduction inachevée)
Nombres de tomes : 3 (VF) mais 7 (VO)






Résumé tome 1 :



Sai-Wa et Sai-Jun sont jumeaux, mais la relation symbiotique qui les unit est tellement forte qu'elle frôle l'inceste. La jalousie qui en découle perturbe la vie de nos deux adolescents, jusqu'au jour où ils croisent le chemin de Ki-Hoon, un ami d'enfance qu'ils avaient perdu de vue...




Analyse & opinion :


Une œuvre qui m’a extrêmement déçut, à laquelle je ne donnerais pas une note plus haute que quatre (oui vous avez bien lu) et ce, pour de nombreuses raisons :




Auteur & Plume & Illustrations :



-Une auteure qui ose un sujet peu ordinaire et pour le moins mal vue : Les relations consanguines, pour ne pas dire de l’inceste.

-Une écriture qui est loin de m’avoir séduite, des dialogues qui manquent totalement de naturels, sans charmes et bien fades.

-En ce qui concerne les dessins, la couverture m’a tout de suite attirée. Mais, en ouvrant ce Manhwa, j’ai trouvée les illustrations presque ringardes, trop féminines malgré que ce soit un shôjo.




Histoire & Thèmes :


-On est dans un shôjo qui à un seul est unique thème : La romance. On se lasse donc très rapidement… L’histoire n’a rien d’intéressant à donner, puisque le lecteur ne trouve pas de sujet parallèle à cette romance, afin de s’identifier.

-Et, en plus de ça, le sujet de cette romance est une inceste. Un contexte délicat et, mal travaillé en plus de ça, donc forcément détesté.





Trame & intrigue :


-Une intrigue qui, comme je l’ai dis juste en haut, ne tourne autour que de l’amour. Et qui n’offre pas la moindre originalité (mise à part la consanguinité), ni suspens, ni même intérêt à être lu.

-Les rebondissements, le peu qu’il y en est en tout cas, sont carrément prévisibles, nous laissant une histoire extrêmement plate.

-Et, alors même que tout notre shôjo est basé la dessus, la romance est d’une banalité infligeant. [Spoil] Tout y est : Le triangle amoureux, l’ex-petite amie violente, les secrets, la jalousie qui pousse à la folie… [Fin Spoil]




Personnages :


-On à d’un côté un personnage principale féminin littéralement hystérique et folle de jalousie qui donne peu de crédibilité à sa personnalité. Ainsi qu’à la relation « frère/sœur → romance ».

-Et, parallèlement, un personnage principal masculin à la limite de la soumission car il craint sa sœur. Ridicule est insupportable en sommes, en tout cas à mes yeux.




The End. :



-Hé bien, je ne sais pas ! J’ai craquée, ces trois tomes lu (bien rapidement d’ailleurs, je l’ai est lue en trois quart d’heurs les trois d’affilés, pas parce que j’étais emballée mais, parce que ce manga n’est pas travaillé, il n’y à que très peu de dialogue/texte intéressants et même, existants.) on déjà étaient un véritable supplice pour moi, je me suis forcée à aller au bout de mes trois tomes achetés. Et, même si le reste de la série aurait étaient traduit, je l’aurais abandonné sans regret.


-Une chose est sûr, j’ai compris dès les premières pages pourquoi ce manga n’a pas eu sa traduction terminée : Elle n’aurait même jamais dû être commencée tellement il n’y à rien à en tirer, et à en retenir.






Points faibles de Flower of evil :


-Le thème de l’inceste qui est on ne peut plus délicat, travaillé à la va vite et donc, pas le moins intéressant.
-Un shôjo qui manque : D’originalité, de suspense, de travail, de rebondissement, d’intrigue ect... (on peut facilement faire douze lignes comme ça.)
-Des personnages pour le moins ridicules et agacents.
-Des illustrations trop féminisés rendant l’histoire encore un peu plus ridicule.
-Une plume sans charmes, et des dialogues qui manques de naturels.
-Que ce manga est était commercialisé ? Sérieusement…




Points forts de Flower of evil :


-Ses couvertures jolies à regarder dans l’ensemble.






Cible :

Ne perdez pas la peine à vous lancez dans cette saga, c’est la première fois que je dis ça sur mon blog car, comme je le répète toujours, chacun est libre de s’intéresser à ce dont il à en envie. Seulement ici, ce ne serait qu’une perte de temps, l’histoire est sans intérêt et la saga n’as pas était entièrement traduite (voyez à quel point celle-ci n’as donc pas eu de succès…).












jeudi 7 juin 2018

Pinocchio







Réalisateurs : Jo Su Won & Sin Seung Wu
Genres : Comédie/ Drame / Romance
Nombres d’épisodes : 20 (de 60 minutes)
Diffusée en : 2014





Je résume :


Définition tout d’abord : Le « syndrome de Pinocchio » est un syndrome fictif se manifestant par un hoquet systématique à la suite d'un mensonge.


La famille Myeong vit tranquillement, avec ses deux garçons, jusqu’au jour où, le chef de famille qui n’est autre qu’un pompier, part en intervention. Celle-ci se déroule très mal, l’usine dans laquelle il intervient finit par exploser, lui et tous ses hommes sont pourtant encore à l’intérieur. Le corps de Mr Myeong n’est pas retrouvé, les médias s’empare alors de l’affaire, fessant vivre l’enfer à cette famille qui doit pourtant supporter un deuil.

Les membres de la familles Myeong finissent séparés, et nous retrouvons des années plus tard le plus jeune fils de la famille, caché loin de se qui fut un jour sa maison familiale. Il est recueillie par un vielle homme qui l’adopte et ce fait à présent appeler Choi Dal Po. Cependant, le fil biologique du vielle homme reviens vivre avec celui-ci emmenant sa propre fille avec lui : Choi In Ha, pour l’éloigner de sa mère avec laquelle il à divorcé. La vie en cohabitation semble difficile, surtout pour la petite fille qui souffre du syndrome de pinocchio, laquelle se retrouve privée de sa mère alors qu’hier encore, elle l’a voyait sur tout les écrans puisque celle-ci est une journaliste très célèbre. Elle souhaite d’ailleurs exercer le même métier que sa mère, malgré son « handicape » et les réticences de sa famille.



(Je n’ai jamais fais un résumé aussi long… Et encore, honnêtement je n’ai pas tout mis sinon je l’aurais jamais terminé et vous non plus!)









Analyse & Opinion:


Sincèrement, prenez une grande inspiration avant de commencer à lire (puisque vous étiez en apnée tout le long du résumé, Haha !) : Ce Drama à était un véritable coup de cœur à tout les niveaux, ce qui veut dire qu’il vaut une note de Vingt. En effet, on est en juin 2018 au moment où j’écris cette article, ça fait à peu près un an que tourne ce blog est c’est la première fois que je met cette note, impressionnant ?





Acteurs :


Principaux :


-ParkShine Hye qui à jouée le rôle de Choi In Ha. Elle n’est pas seulement actrice mais aussi, mannequin et chanteuse (notamment
dans les OST.)

-LeeJong Suk qui à quant à lui joué le rôle de Choi Dal Po. (Ah… Quel homme!). Lui aussi est mannequin (c’est pas étonnant..) et à chanté pour quelques OST dont-il fessait partit du drama.


Secondaires :


-KimYoung Kwang, jouant le rôle du « fils à maman » : Seo Beom Jo. Il est également mannequin ;).

-LeeYu Bi qui à pour rôle Yun Yu Rae, la fan sasaeng (Bon sang, ce que cette fille à put me faire éclatée de rire!)



Staff :



Jo Su Won : Réalisateur ici. Il à également travaillé sur les dramas suivant : Cheongdamdong Alice & Gap Dong

Deuxième réalisateur : Sin Seung wu qui à, lui aussi, travaillé sur le drama Cheongdamdong Alice.







Personnages :



-Dal Po, notre personnage principal masculin est en quête de vengeance, il souhaite rendre la vérité à la lumière, là où elle à été sali : Devant les projecteurs et les caméras. Néanmoins, il c’est attaché à sa famille adoptive et celle-ci manque de voler (à son tour) en éclat par ses agissement.

-In Ha est quant-a elle notre personnage principal féminin, celle qui est atteinte du fameux syndrome. Elle n’a pas le choix que de dire la vérité, d’où son franc parler. Elle est ambitieuse car, son rêve est de devenir journaliste alors que sa famille entière est contre cette idée et, elle découvrira plus tard que le milieux pro ne veut pas d’elle non plus…

-Des personnages qui, plus généralement, évoluent tous. Chacun apprend sa leçon en quelque sorte… En effet, on commence avec des personnages adolescents, encore en cours et on termine avec des jeunes gens dans la vie actifs, qui n’ont pas perdus leurs valeurs et leurs ambitions.

-Des personnages secondaires qui ne sont pas juste présents pour décorer ou pour être important un épisode sur trois. Chaque personnage fait passer un message et à son utilité.











Histoire & Thèmes :



-Il y à tellement à dire, très franchement je n’ai jamais vue autant d’originalité et de travail dans une œuvre de fiction pareille. Ont sens que l’équipe à fait beaucoup de recherche, ils savent de quoi ils parlent et c’est sûrement ce qui m’a le plus fait accrocher.

-Notre premier thème est les médias, c’est ce qui reviens dans tous les épisodes et ce, dès le début. On passe d’abord du coté où la caméra dévore littéralement les personnages : Des journalistes brise une famille. Et là, on se demande « comment c’est possible ? » Puis on passe derrière la caméra, elle n’est plus une menace, elle aide les personnages à être eux-même la menace. Un beau revirement de situation qu’on pense pourtant impossible.

-L’honnêteté est notre second sujet, là encore présent à chaque épisode. Ce sont des valeurs vraiment pure que met en avant cet œuvre. Elle prouve avec aisance que cela ne sert à rien de mentir, de cacher la vérité : Elle finit toujours par éclater. Au niveau des personnages, on en à incapable de mentir, soit par obligation soit parce qu’il connaît les conséquences. Cependant, on à également des personnages incapable de dire la vérités pour une multitude de raisons, là encore.

-La romance, une romance presque « impossible » mais surtout torturé, caché. Celle-ci est en thème de fond, elle est vraiment pure et irrésistiblement drôle ! Elle arrive assez vite en faite, et le couple principal vend du rêve… On à également le droit à des romances secondaires, qui sont également imprégnées d’humour.

-On parle aussi du métier de journaliste, on voit l’envers du décor. Honnêtement, ça m’a beaucoup surprise, on à beau s’attendre à ce genre de choses dans cet univers et même en sachant que c’est une fiction, que tous n’est pas forcément réelle, on est pas prêt.

-Et enfin, le syndrome Pinocchio. Ça amène tellement d’originalités (& de recherches!) de créativités, et de rebondissements. J’avoue avoir pensé que, bien malgré qu’on nous prévienne que c’est un syndrome fictif, que l’effet est tout à fait réaliste… Comme ci cela pouvait exister réellement.

-On aborde aussi la famille (biologique ou non), l’amitié, la vengeance, les enquêtes policières… C’est un drama complet, qui ne manque pas de sujet à aborder et de message à faire passer.






Intrigue :




-Pas d’affolement, le premier épisodes est compliqué, si vous vous sentez un peu perdu c’est normal. Mais, dès le deuxième épisode on commence à comprendre ce qu’il ce passe vraiment dans ce drama.

-Du début à la fin, le suspens nous tiens les tripes, et à chaque fois que je terminais un épisode, je me souvenais plus comment respirer. Sincèrement, je ne me souviens pas avoir vu un seul épisode pas à la « hauteur », ils envoyaient chacun à leur manière du lourd, même les épisodes qui préparaient le terrain pour les info donnés dans les suivant.

-L’intrigue est loin de perdre son souffle, elle rebondit à chaque fois et s’en est même impressionnant. Avec des sujets aussi fort et originaux travaillés avec justesse et réalisme, pas à un seul moment j’ai trouvé cela « surjoué ». Je veux dire par là que le scénario ne manque pas de crédibilité et que je me suis pas dis « ça n’existe que dans les dramas »








The End :



-Un drama avec un casting de dingue, qui fait passer des vrais messages, avec beaucoup de travail réalisé et une intrigue qui tiens mais, carrément la distance ! Personnellement j’ai vraiment étais chamboulée par cette œuvre, une vraie claque au point d’avoir mis trois mois entier avant de pouvoir avoir le courage de parler de celle-ci ! Elle fait vraiment ressentir les choses, les acteurs y sont pour beaucoup, tristesse et frustrations serons au rendez vous mais aussi fou rire et surprise.

-On termine cet œuvre sur un happy-end (évidement, on oublie pas qu’on est quand même dans un drama de type romance, même si celle-ci n’est pas la priorité première!) mais, ce n’est pas la chose la plus importante à retenir. L’intrigue se termine bien, au-delà de nos espérances même. Je n’en dis pas plus, au risque de vous spoilez !





Musiques :



Des k-ballades pour la plupart, les OST sont vraiment très belles, est s’accordent parfaitement à l’ambiance « pure » du coté drama: la romance.



Tiger JK : First Love     Roy Kim : Pinocchio    K-Will : The OnlyPerson

Every Single Day : Non-Fiction ;  Challenge ; &  My Story

Park Shin Hye (notre actrice principale) : Love is Like Snow






Les points faible de Pinocchio :


-Hé bien, une première, je cherche encore…





Les points fort de Pinocchio :


-Son originalité
-L’intrigue travaillé, qui tient la distance.
-Des thèmes nombreux et intéressants.
-Un casting en béton et des jeux d’acteurs de dingue.
-Une histoire qui nous fait ressentir une multitudes d’émotions.









W (Two Words)

Réalisateur : Jeong Dae Yun Genres : Comédie / Romance/ Fantastique Nombres d’épisodes : 16 (de 60 minutes.) Diffusé en : 201...