dimanche 7 octobre 2018

La fille du train





Auteure : Paula Hawkins
Genre : Thriller
1 ère parution (FR) : 2015
Nombres de pages : 453 (édition Pocket)







Je résume :


Le meilleur moment de la journée de Rachel, c’est lorsqu’elle monte dans le train : À 8h04 et à 17h56. Et pour cause, elle revoit son ancienne vie, et celle qui la fait tant rêver : À l’arrêt d’un feu, elle a tout le loisir d’observer ce couple dans leur vie quotidienne : Jess et Jason. Ils vont si bien ensemble, qu’est-ce qu’elle rêverait d’avoir une vie aussi parfaite que la leur ! Pourtant elle va vite déchanter lorsque cette belle inconnue qu’elle idéalise depuis un peu plus d’un an maintenant, se retrouve à la une des journaux : Elle est portée disparue.





« La tête appuyée contre la vitre du train, je regarde défiler ces maisons, comme un travelling au cinéma. J’ai une perspective unique sur elles : même leurs habitants ne doivent jamais les voir sous cet angle. Deux fois par jour, je bénéficie d’une fenêtre sur d’autres vies, l’espace d’un instant. »





Analyse & opinion :

Un thriller dont on entend parler depuis sa sortie et qui a même eu le droit à son adaptation cinématographique ! Pourtant… Je ne vois que des banalités, rien d’extraordinaire : Une note de quatorze pour ma part. 




Auteure & Plume :


La fille du train est donc le premier livre de cette auteure, et elle tape fort : C’est un Best-Seller !

Ce qui m’a fait rire c’est le petit mot de l’auteure avant de tomber sur le roman en lui-même. C’est un peu comme si Paula Hawkins souhaitait se justifier auprès de son public. Elle tente de prouver qu’au fond, auteurs et lecteurs se ressemblent : ce sont tous des voyeurs (Bhouuuu !)

On est sur une structure de livre très organisé : le nom du personnage qui donne sa voix au chapitre, la date et le moment de la journée (matin & soir). Cette manière de structurer est tout de même très féminin, de plus c’est son premier roman, Paula a donc voulut sentir qu’elle gérait la situation.







Histoire & Thèmes :

Des thèmes pas franchement originaux (je me suis noyée dans la banalité sincèrement) et récurrents :

D’abord : Le voyeurisme et la curiosité. Mieux que ça encore, l’auteure nous avances ces défauts avant même que son roman ne commence ! Comme je l’ai dit, Paula tente de se justifier, de vous faire comprendre que ce sont deux choses très répandus voir banal… Personnellement je ne partage absolument pas son point de vue, mais passons... Elle souligne ces deux thèmes qui ne font finalement qu’un avec son personnage principal : Rachel, qui s’ennuie dans sa petite vie quotidienne (finalement pas si tranquille !) et donc… Va venir fouiner dans une enquête criminelle, tout à fait normal là encore !

On aborde également le mensonge, partout, tout le temps et ce, à l’aide de tous les personnages !

Un thème qui va plutôt bien avec le précédent : Le paraître. L’auteure nous plonge dans des vies qui n’est que « faire semblant ». On se croit un peu dans la série Desperate Housewives, avec toute ces comédies et ces mensonges.


Et enfin, l’adultère, encore un thème récurrent et qu’on voit sous toutes ses facettes.













Trame & intrigue :

Une intrigue plus que banale, j’ai encore du mal à comprendre pourquoi ce thriller a eu autant de succès. Pas qu’il soit mauvais mais juste... ordinaire.

Personnellement, je n’ai pas trouvé un suspense poignant à ce livre. À cause de la banalité de l’intrigue une fois de plus, ce roman qui est pourtant un thriller manque de suspense mais aussi d’additivité.  Ce n’était pas une corvée de reprendre le livre mais, en partant du principe que je savais déjà qui était le coupable assez tôt, je ne voyais pas l’intérêt d’enchaîner des heures et des heures de lecture, à part pour le terminer et m’en débarrasser …

Il faut également faire attention au changement de POV : Rachel raconte dans l’instant présent sauf que Megan régresse d’un an : Attention à ne pas vous emmêler les pinceaux !





Personnages :

On à trois profils de personnages importants, nos trois voix :

    Rachel, notre personnage principal : C’est une madame tout le monde, elle tient son petit quotidien aux apparences tranquilles comme tous les autres passagers de ce fameux train sauf qu’on se rend bien vite compte que ce n’est que de la comédie et qu’elle à pas mal de problème cette femme, tout de même !
    Megan, qui est notre deuxième POV récurent et qui se partage même presque le livre avec Rachel. Là encore, on pense que cette jolie petite blonde à l’allure dynamique tient sa vie parfaite entre ses doigts sauf que ce n’est qu’un tableau.
    Et puis Anna, notre dernier personnage féminin et qui est largement moins présent dans les POV . Elle est majoritairement présente pour que le lecteur puisse détester quelqu’un finalement. Cette fois, elle n’essaye pas de prouver à autrui que sa vie est parfaite mais elle tente de se convaincre elle-même.

Trois femmes différentes autant mentalement que physiquement et pourtant, si similaire… Qu’est ce qui les lies alors ? [Spoil] Je préfère mettre ça là, histoire de pas faire de gaffe… Rachel, Megan et Anna son tous simplement relié par la maternité/ les enfants. Un souhait, un regret ou un devoir… Tout dépend de leur vie de femme. [Fin de Spoil]







 The End. :

Comme je l’ai dit un peu plus haut, sachant que j’avais déjà repéré le coupable pour moi la fin n’avait malheureusement pas grand intérêt. Je l’ai trouvée comme le reste de se livre : Banale. Même presque niaise et exaspérante …

Je trouve très clairement que ce roman a été bien trop médiatisé pour ce qu’il est. Bien sûr, ça reste mon avis et son seul problème reste plus ou moins son manque d’originalité et de suspens mais c’est, je pense, les deux fondamentaux d’un bon thriller.



« La vie n’est pas un paragraphe et la mort n’est pas une parenthèse. »



  




Ses points faibles :


-Sa banalité.
-Son suspense si peu présent.
-Sa lenteur dans l’enquête




Ses points forts :

-Ses trois points de vus : Ils dynamisent l’histoire (et apporte un tant soit peu de suspense!)






Adaptation :


Une adaptation à vue le jour sous le même nom : La fille du train en France, un an après la publication du roman : en octobre 2016. Un film du réalisateur Tate Taylor (qui a déjà réalisé La couleur des sentiments ou encore Pretty ugly people.)

Le personnage principal (Rachel) a été distribué àEmilie Blunt.







Cible :

Je le conseil pas pour les grands fans de Thriller, vous allez vite êtes déçu sinon : manque de suspense, d’originalité : ne vous attendez pas à avoir de frayeur !

Par contre, pour les lecteurs ayant aimé l’univers Desperate Housewiev (commérage, paraître, petits problèmes entre voisins…) ce livre est fait pour vous !





FicheBabelio

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Faire chavirer les Icebergs

  Auteure  : Aurore Gomez Genre  : Young-Adult (Romance/ LGBT) 1 ère parution (FR) : 2021 Nombres de pages : 320         ...